vendredi 19 avril 2013

Jean Paul CRUCIFIX

Jean Paul Crucifix ancien gardien belge, né le 2 juin 1949



































Un Eghezéen de 28 ans dans les buts de Sclessin.

Tout le Standard espère que Jean Pol CRUCIFIX saura saisir sa chance


Le Standard, nul n'en doute plus aujourd'hui, se trouve à l'aube d'une saison importante. Comme chacun le sait, il retrouvera la Coupe d'Europe qui fit si souvent vibrer tout Sclessin. Et les liégeois attendaient l'événement depuis un moment. .
D'autre part, nous en sommes à la seconde saison de l'ère Wasseige et les résultats obtenus en fin de championnat dernier ont permis aux supporters d'entretenir les plus beaux espoirs.
Le Standard paraît avoir retrouvé un entraîneur en qui il a entière confiance et, comme il en avait le plus urgent besoin, c'est à l'unanimité que les « Rouge et Blanc» ont applaudi le travail de ce Belge, somme toute assez inexpérimenté au plus haut échelon, que des émissaires soviétiques sont mêmes venus observer, ce qui est évidemment plutôt flatteur.

CONFIANCE

Le Standard paraît bien reparti, donc, et le fait qu'il ait glané, un peu à la surprise générale, une place en Coupe U.E.F.A en est la première preuve tangible, les supporters de Sclessin, qui ont retrouvé un peu de leur enthousiasme d'antan, attendent beaucoup du championnat qui commence aujourd'hui. Pourtant, une nouvelle fit l'effet d'une douche froide sur le bel optimisme « rouge et blanc » : Christian Piot s'est sérieusement blessé en Coupe d'été à Duisbourg dans un contact très dur en début de match. le verdict fut quasi alarmant: déchirure des ligaments croisés au genou, de quoi décourager les plus valeureux.
Dès lors, et tandis que le gars Christian, ne tenant volontairement aucun compte d'exemples peu encourageants (comme l'Andennais Marc Courtois, qui semble perdu pour le football), se soignait au mieux, courageux et volontaire comme il sait l'être, il y avait deux solutions pour les responsables de Sclessin : choisir un gardien étranger (il en était encore temps) ou faire confiance au réserviste Jean-Pol Crucifix.
Ils optèrent pour la seconde possibilité.
- Robert Wasseige m'a dit qu'il n'avait jamais eu à se plaindre de mes services et que, dès lors, il lui paraissait logique de me donner ma chance, dit Crucifix. Je tâcherai de me montrer digne de ce choix. Je n'ai pas eu tellement le temps de réfléchir. Je me suis mis immédiatement au travail.
Je fais entière confiance à mon en-traîneur, dont les méthodes ont fait leur preuve. Lorsqu'il est arrivé à Sclessin, ce fut difficile pour beaucoup de garçons, car, sur le plan physique, nous manquions sérieusement de répondant. Il a pris les choses en mains, nous avons souffert tout un moment, mais les résultats ont prouvé ensuite qu'il avait raison.
A Sclessin; on travaille un peu comme au F.C. Bruges. Robert a coutume de dire que nous sommes, en quelque sorte, les ouvriers et il se considère comme le... contre maître. Ce n'est qu'une image, mais elle dit bien ce qu'elle veut dire. Le Standard actuel ne présente pas de vedettes comme un Anderlecht par exemple mais à force de travail il est capable d'obtenir d'excellents résultats. C'est exigeant, bien sur, mais chacun finalement, y trouve son compte …

IRREMPLAÇABLE 
Pour Crucifix, c'est le moment ou jamais de percer de division 1. Dans l'ombre jusqu'ici il va se trouver d'un seul coup en pleine lumière. Etre gardien de but au Standard peut rendre un homme fort populaire. Il suffirait d'un ou deux coups d'éclat d’emblée…
- Un premier point important : je ne prétends pas remplacer Christian Piot, dit-il. Il est irremplaçable. C'était mon idole bien avant que je devienne son ami. Car, je le connais à présent fort bien. Nous avons même passé nos vacances ensemble. Il m'a tout simplement souhaité bonne chance et cela m'a fait plaisir.
Il va sans dire que si dans dix ou quinze matches, Christian revient dans le coup, je redeviendrai remplaçant, mais cela ne me dérange pas. J'espère satisfaire dirigeants et supporters tant que je défendrai les buts liégeois. ce serait déjà remarquable pour moi.

UN CHOIX IMPORTANT
Garçon modeste, intelligent, Jean-Pol Crucifix a aujourd'hui 28 ans. C'est tard pour faire ses grands débuts en division 1.
- J'ai connu de nombreux clubs avant d'aboutir à Sclessin, dit-il. J'ai débuté à Eghezée, dans la province de Namur, au sein d'un club qui a "sorti" plusieurs éléments de talent, comme Delvigne ou Pagès par exemple. D'ailleurs, avec les joueurs que dirige actuellement Claudy Riga en division 1 provinciale, nous formerions, pour le moins une bonne promotion au cas où chacun reviendrait au bercail. Rien ne dit que cela ne se réalisera pas un jour d’ailleurs…
Après Eghezée, je suis parti un an à Jambes en promotion, puis je suis passé à Tilleur pendant cinq saisons, où j'ai rapidement pris la place de Conlonval. Ensuite, je suis allé à La Louvière en division 1, où je n'ai été que la doublure de Stassin. Enfin le transfert s'est arrangé avec Sclessin. Bien sur, je n'étais que le remplaçant de Christian Piot, mais quand on veut faire du football professionnel, on n'a pas tellement le choix des clubs. De plus, je suis « rouge et blanc » de cœur depuis toujours.
J'ai un diplôme d'instituteur, j'enseigne les mathématiques à l'école d'enseignement spécial de Jambes et j'ai pris deux ans de congé sans solde. Le 30 juin prochain, ce sera, donc un tournant de mon existence. Il faudra choisir: ou je poursuis une carrière professionnelle ou je reprends mon travail. Ce sera un choix important.
Pour l'instant, j'ai repris un portefeuille d'assurance avec Pirotton, un autre footballeur. On verra à la fin de la saison. A vrai dire, il n'y a vraiment que le présent qui compte : faire en sorte que le Standard soit content de moi, même si je sais que je ne serai jamais l'égal de Piot, quoi que je fasse...

STATISTIQUES 
Si l'on accorde quelque importance aux statistiques, on découvre que notre homme n'a pas encore encaissé de but en championnat au Standard !
- Je n'ai joué que deux matches la saison dernière en remplacement de Piot et je ne me suis pas retourné une fois, comme on dit. Espérons que cela dure le plus longtemps possible, mais je ne me fais guère d'illusions.
Ainsi le derby à Rocourt, pour ce soir, ne m'inspire-t-il pas trop confiance. Nous devrons prendre ce match très au sérieux. Liège n'a pas réalisé de grandes performances dans les matches amicaux, mais il n'a rien à perdre, c'est un derby et il voudra prouver que son redressement annoncé n'est pas un vain mot. Il faudra sérieusement se méfier.
Jusqu'à présent, avec les différentes blessures, on n'a pas encore eu tellement l'occasion de juger en connaissance de cause et je n'ai pas encore joué avec la défense type, mais je pense que le Standard possède une équipe plus stable. D'après les journalistes de l'endroit, nous avons été les seuls à gagner à Split depuis dix ans.
Un garçon comme Visneyi n'a jamais connu pareil rythme de préparation, il faut qu'il s'adapte, mais il pourrait bien être cet intermédiaire droitier (le Standard est «bourré »de...gauchers) que l'entraîneur cherchait pour servir Riedl. Quant à Nickel, il a également souffert d'une blessure, mais il doit lui aussi convenir. Quant à un jeune comme Plessers, pour ne citer que lui, il laisse vraiment une belle impression.
Ceci dit, il ne faut pas s'emballer dès aujourd'hui. La Çoupe d'Europe, par exemple, on n'y pense pas encore. Ce n'est, d'ailleurs, pas l'objectif principal du club. Ce qui compte avant tout, ce sont les compétitions nationales, Coupe et championnat. Pour tout le monde, exception faite du seul Labarbe, l'ambiance européenne est une nouveauté. Même le kinésiste ne l'a jamais connue. Nous y ferons de notre mieux - et je sais que les buts concédés à Liège valent double pour l'adversaire... .,
A 28 ans, ce père de famille hesbignon (il habite toujours Eghezée et est le père d'un petit Christophe qui aura bientôt trois ans), porte les espoirs d'un Standard raisonnablement ambitieux. Souhaitons-lui de saisir sa chance, comme on espère, dans le même ordre d'idées, le rétablissement de Christian Piot, sans doute la plus sympathique des vedettes footballistiques de notre petit pays.
, Précisons, pour en terminer avec la galerie des gardiens de but, que la ... doublure de Jean-Pol Crucifix s'appelle aujourd'hui Michel Preud'homme, un garçon de 18 ans, qui est donc monté d'un cran dans la hiérarchie « rouge et blanc »

JUILLET 1977

19/10/1977 AEK Athènes - Standard 2-2 1/16 de finale UEFA Aller le 19/10/1977




Jean Pol Crucifix - Roger Petit - Eric Gerets

1976-1977 Piot-Crucifix























1976-1977 Diaz - Crucifix
























Waseige - Crucifix






































































JP Crucifix à Tilleur

























Saison 1976-1977






















Debouts de g à d  : Crucifix - Labarbe - Gerets - Riedl - Graf - Diaz - Piot - Waseige - Garot
Accroupis de g à d :Thaeter - Sigurvinsson - Poel - Gorez - Renquin - Dachelet

17/08/1977 Fc Liège-Standard 1-3

JP Crucifix-Christian Labarbe

1979-1980


































1978-79





































































































23/03/1973 Tilleur le peuple





















1977-78






















Debouts de g à d : Waseige, Crucifix, Visnyei, Billen, Nickel, Riedl, Sigurvinsson, Piot, Bourguignont (soigneur)
Milieu de g à d : Moreau, Keckes, Plessers, Gorez, Graf
Assis de g à d : Thaeter, Renquin, Labarbe, Poel , Garot


01-07-2015 RFC Tilleur-Standard 0-8 match de préparation d'avant saison Christian Piot - Jean Paul Crucifix




























1977-78




















Michel Preud'homme - Jean Paul Crucifix


23/04/2016 Lors d'un match d'anciens du Standard et du FC Tilleur























 Ido Crémasco, Emile Delsaer dit Milou (ancien délégué au Standard), Jean Paul Crucifix au Standard de 1976 à 1978) et Jean Van Herck (au Standard de 1954 à 1959, 1 titre de champion de Belgique en 1958)